Nouvelle : Monsieur Georges

Allons dans la rue. Tournez. Encore. Voilà, c’est ici. A l’angle de deux vieilles rues. On aurait pu dire les rues du patrimoine en détresse, mais non, ils ont préférés rue du coquelicot et rue du faubourg.

Donc, à l’angle de ces deux rues, si on s’approche un peu, en regardant bien, on remarque qu’il y a quelque chose au milieu de ces cartons, ou plutôt quelqu’un.

Étrange ? Direz-vous.

Pas tant que ça.

Ici, tout le monde connaît Monsieur Georges ou plutôt tout le monde sait que Monsieur Georges existe. Mais tout le monde s’en fiche.

Ne vous formalisez pas pour autant car Monsieur Georges se fiche de tous le monde. Tout ce qu’il veut, c’est qu’on le laisse tranquille. Dormir dans son carton, ramasser les vieux mégots, se laver dans le bac à poissons rouges du square,  voilà ce qu’il préfère à une vie mourante en maison de retraite.

Il ne manque pourtant pas d’argent, s’il voulait, il pourrait vivre autrement, mais il lui manque l’envie. L’envie de faire partie de ce monde stressé, blessé…

De toute façon, ce monde ne lui prête aucune attention. A son âge, il n’est plus rentable.

Monsieur Georges est vieux, très vieux, mais c’est tout ce qu’il a de très car en vérité, il est plutôt banal. Pas très grand, pas très petit, pas très gros, pas très maigre, pas beaucoup de cheveux et pas très bavard.

Et pourtant ses yeux expriment tellement de choses. Il a tout vu, tout vécu. Il a l’air heureux malgré tout, rien en lui n’exprime l’abattement ou le désarroi. Il vit différemment, c’est tout. Et seul, il est heureux de l’être.

            Cependant, aujourd’hui beaucoup de gens s’attroupent autour de lui pour le regarder. Certains rangent ses affaires, touchent à son carton. Non, vraiment, il n’aime pas ça. Pour qui ils se prennent ces jeunes barbots ? Ils se croient tout permis.

Beaucoup on prit conscience, ce matin, qu’il vivait, bien qu’il l’aient toujours vu auparavant.

Mais Monsieur Georges, il n’aura rien à regretter. Ni sa vie, trop remplie, ni son corps trop âgé.

C’est étrange comme la mort peut donner tout son sens à la vie.

 

Sorcière Néness sorciere-2

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 2 février 2015 à 15 h 23 min 010446g écrit:

    POIGNANT!

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Il suffit d'une sandalette

    Répondre

    • le 2 février 2015 à 18 h 20 min Sorcière Néness écrit:

      Merci !
      Très heureuse que vous ayez été touché.
      Bonne soirée !

      Répondre

Laisser un commentaire

Un humilde puto amo |
Centre Energie Bien Etre de... |
Anglais en Autonomie1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Classalc
| Relatoseroticostodorelatos
| Widezit1881